AlphaValue Corporate Services
Cette analyse a été commandée et financée par l’entreprise concernée et constitue donc un avantage non-monétaire mineur tel que défini par MIFID2

COURBET

CR
Bloomberg   MLCOU FP
Hotels  /  France  Web Site   |   Investors Relation
Une nouvelle offre hôtelière répondant à la demande de demain

Score de durabilité
Société (Secteur)
0,4 (6,4)

La durabilité est constituée d'éléments analytiques contribuant au E, au S et au G, qui peuvent être mis en évidence comme précurseurs de la durabilité et peuvent être combinés de manière satisfaisante.

  Score Poids  
Gouvernance   
Taux de membres indépendants du Conseil d'Administration 0/10 25 %More ...
Diversité géographique du Conseil d'Administration 0/10 20 %
Fonction de Chairman distincte de l’exécutif 5 %
Environnement   
Emissions CO² 1/1025 %More ...
Prélèvement d'eau 1/1010 %
Social   
Évolution de la dispersion des salaires0/105 %More ...
Satisfaction au travail0/105 %
Communication interne0/105 %


Score de durabilité 0,4/10 100%  
Sustainability matters
Soutenabilité de l’activité

Par extension le modèle de développement peut être estimé soutenable. En run rate un hôtel consomme peu de ressources incrémentales. COURBET a l’opportunité de mettre en avant un tourisme durable en favorisant un tourisme vert par nature (type d’hébergement) ou de proximité (limitation d’émissions carbone).

Reporting COURBET

L’activité de COURBET étant nulle, la société ne publie pas de rapport environnemental et n’a pas communiqué sur son intention d’en publier. Lors de la rénovation des actifs qu’il acquiert, COURBET souhaite développer les modes de chauffage alternatifs aux énergies fossiles. La modernisation de l’hôtel de Cannes passe ainsi par la végétalisation du toit alors que le Grand Hôtel de La Bourboule va bénéficier d’une chaudière au bois communale. La commune de La Bourboule dispose en effet d’un réseau de chaleur alimentant 70 bâtiments. La géothermie sera envisagée dans les cas les plus appropriés.


Score d'Environnement
Société (Secteur)
1,2 (3,7)
Ensembles de données évalués en tant que tendances sur un calendrier glissant, en fonction du secteur
ParamètresScoreSecteurPoids
Emissions CO²1/105/10 30 %
Prélèvement d'eau1/103/10 30 %
Energie1/104/10 25 %
Déchets2/103/10 15 %
Score d'Environnement1,2  100%
Environment matters
Impact direct

En tant que métier de services (hôtellerie), l’impact sur l’environnement scope 1 & scope 2 est réduit au fonctionnement : énergie (électricité voire fossile pour le chauffage, essentiellement) et divers (eau consommée par les clients, déchets générés). Nous considérons par ailleurs que l’entièreté de la responsabilité environnementale revient au consommateur final. COURBET n’a pas annoncé à ce stade de stratégie visant à prendre en compte la réduction de son empreinte environnementale dans son projet de mise à niveau des actifs (isolation thermique, chauffage, recyclage des déchets etc.).

Impact indirect

La reprise d’un actif existant à remettre à niveau est en elle-même porteuse d’une charge carbone évitée vs. construction d’un établissement d’hébergement neuf. Cette dépense évitée n’est pas ici valorisée. Cette stratégie pourrait par extension être considérée comme avoir un impact positif sur l’environnement. A contrario, n’est pas comptabilisée la dépense carbone « de grand père » résultant de la construction originelle des actifs (bétons, métaux, artificialisation des sols etc.). A long terme, nous n’anticipons pas que cette dépense originelle ait à être compensée.

De par sa localisation, COURBET va promouvoir par nature un modèle d’hébergement de proximité fréquenté par une clientèle essentiellement nationale, avec le faible impact environnemental corrélatif vs. destinations lointaines.

Reporting environnemental COURBET

L’activité de COURBET étant embryonnaire, la Société ne publie pas de rapport environnemental et ne communique pas sur son intention d’en publier. Elle ne publie pas de prévisions d’émissions de toutes natures. Les productions de déchets et la consommation d’eau en scopes 1 & 2 peuvent néanmoins être anticipées comme faibles en masse, même en phase de maturité du projet.

Paramètres environnementaux

n/a
Energy (GJ) per €m in capital
employed

CO² tons per €m in capital
employed
n/a
Cubic meter water
withdrawal per €m in capital
employed
n/a
Tons waste generated per €m in
capital employed
COURBET Hôtels, Restaurants,Loisirs
Données sectorielles
Société PaysScore d'EnvironnementEnergie (totale, GJ)Emissions CO2 (tonnes)CO2
Compensation
(in tons)
Prélèvement d'eau (m3)Déchets (total, tonnes)
        
AccorHotels 2/1027 468 0002 928 000 35 000 000260 000
Compass 6/102 072 862146 807   
COURBETCR 1/10n/a  n/an/a
Elior 8/10433 78654 000 260 723 
Entain 10/10455 24830 409 117 8074 624
Flutter Entertainment 6/1037 3468 708 n/an/a
HomeToGo SE BH 4/10 394   
Intercontinental Hotels Group 2/1048 393 2342 482 807 114 436 601633 357
J D Wetherspoon 4/101 617 932114 883   
Kindred Group 4/1022 9461 324   
La Française des Jeux 9/1073 9452 071 14 627 
Melia Hotels International 5/103 560 210303 152 16 654 26031 734
Mitchells & Butlers 5/102 749 380152 949   
NH Hotel Group 8/101 940 80288 8163 4083 505 320341
OPAP 10/1040 7483 901 64 6691 455
Sodexo 8/101 841 940104 184 3 411 298 
TUI Group 1/1080 395 2225 664 960   
Whitbread 8/102 454 980138 942 5 744 00045 228

Social score
Société (Secteur)
1,9 (6,1)
Social matters
Equipe

Outre le Board, il n’existe pas à ce stade d’équipe de gestion constituée. Le nombre des salariés directs de la Société est nul à Juin 2022. Avec le lancement de l’hôtel de La Bourboule, hors Cannes, nous anticipons une montée en puissance du nombre des salariés jusques environ 65 personnes à horizon 2028 (130 chambres). Ce chiffre intègre l’équivalent de personnel pouvant opérer à l’avenir en sous-traitance au sein du groupe OTT pour les fonctions support (commercialisation, backoffice, comptabilité etc.). A atteinte d’une plateforme de 10-12 hôtels, le groupe comptera plusieurs centaines d’employés.

Reporting social COURBET

L’activité de COURBET étant nulle à ce stade, la Société ne publie pas de rapport social. Les politiques de rémunération ne sont pas connues à ce jour, ni leur structure (interne / externe à COURBET). A notre connaissance, il n’existe pas de conventions réglementées particulières.

Paramètres Quantitatifs (67 %)
Ensemble de mesures numériques liées au personnel, disponibles dans le modèle propriétaire AlphaValue, visant à établir un classement sur les questions sociales et de ressources humaines.
ParamètresScorePoids
Evolution du personnel total7/10 20 %
Evolution du salaire moyen1/10 35 %
Part de la valeur ajoutée absorbée par les frais de personnel1/10 25 %
Part de la valeur ajoutée absorbée par les impôts1/10 20 %
Évolution de la dispersion des salaires0/10 0 %
Bonus Effectif et Retraites (0 ou 1)0
Quantitative score2,2/10 100%
Paramètres Qualitatifs (33 %)
Ensemble de critères qualitatifs, à cocher par l'analyste


ParamètresScorePoids
Accidents du travail0/10 25 %
Developpement des ressources humaines4/10 35 %
Paye0/10 20 %
Satisfaction au travail0/10 10 %
Communication interne0/10 10 %
  
Score Qualitatif1,4/10 100%


Sector figures
SociétéPaysSocial Score Score QuantitatifScore QualitatifStaffing
      
J D Wetherspoon 7,96,910,041 786
Sodexo 7,56,79,3444 129
Whitbread 7,36,98,346 190
Compass 7,36,19,7629 891
Mitchells & Butlers 7,16,97,650 259
Melia Hotels International 6,95,79,319 605
TUI Group 6,86,57,669 338
Intercontinental Hotels Group 6,66,56,815 837
Flutter Entertainment 6,55,68,319 877
NH Hotel Group 6,14,49,711 463
AccorHotels 5,84,09,7318 620
Entain 5,34,76,628 006
Kindred Group 5,33,88,32 395
HomeToGo SE BH 4,72,88,60,00
Elior 4,75,43,3136 103
La Française des Jeux 4,43,85,93 338
OPAP 4,24,04,71 661

Sustainability / ESG by AlphaValue:

Doubt driven, focused on dynamics


AlphaValue was set up in 2009 as an ESG native firm: since inception, no research could be published without filling up the ESG relevant items. ESG has always been there as a natural building block of the research effort.

Without much pretence, AlphaValue has accumulated 11 years of proprietary, practical data in a consistent way that has been made to “talk” with financial data. The efforts have been aimed at solving the main conundrum of ESG analytics: avoiding useless and noisy data. AlphaValue ESG data is intimately connected to the fundamental research work and its continuous updating process. In other words, AlphaValue ESG data can be made to resonate at will in terms of financial implications for those investors with the willingness to do so.

Over the last 3 years, this data, or rather the dynamic of this data, has been put at work so that it impacts directly and consistently on valuations across AlphaValue’s 450 + stocks universe. This is considerable progress vs. the dominant “consumption” of ESG raw data: ESG-type conclusions are sitting next to valuation fundamentals but hardly any investor is in a position to bridge effectively the two in a consistent and repeatable way. It takes more than a spreadsheet to get stable and auditable results that work 100% of the time.

AlphaValue reckons that it currently is the only equity research provider in Europe to have reached this stage: a perfectly smooth on-boarding of ESG data, on a continuing basis, impacting valuation fundamentals day and night.

This is available on every stock, every sector, every stock selection, every day.


Heretical ESG opinions?


ESG is a contradiction in terms. Without a good Governance, the Social and Environment items will never show progress. Social is for stakeholders and thus unlikely to please shareholders. The long-term view that good pay/working conditions are ultimately good for shareholders is, like any promise, better left to those who want to believe in it. It does not work for normal investment horizons

Environmental gains will not happen without good Governance but this is not enough as environmental progress will not happen without coercion from governments/supra-governments. There is no reason why a corporate will spend more for a possible collective gain tomorrow when it can have better returns now for its shareholders.

The environment is a cost of massive complexity and a universal one as data improves and allows for intricate tracking of what corporates are up to. There is no practical way a corporate can be valued through a web of changing definitions of environmental data. AlphaValue holds the view that all corporates are made to pay through lower GDP growth expectations resulting from friction costs. The only dimension that really matters from an investment perspective is whether a given corporate makes an extra effort vs. peers. A good ‘E’ rating shall not be driven by absolute levels but by the dynamic of emission controls relative to peers. Dumping cement stocks because they spit out carbon is a narrow view of what ESG implies.

Sustainability scores only

AlphaValue always refused to supply a pecking order of its coverage along some improbable ESG scale. It just does not make sense to mix opposing signals in a single ranking.

Sustainability is a different proposition where analytical items contributing to the E, the S and the G can be highlighted as sustainability precursors and combined in an intellectually acceptable way. This is the only scale made available by AlphaValue.

Sustainability impacts target prices

From 1-12-2020, AlphaValue substituted sustainability metrics for its Governance and Social ones when it comes to impacting valuations;

Indeed since 2019, all DCF (or DCF equivalents for Financials) have been impacted by Governance and Social metrics to connect directly ESG-type findings into share price targets and bring consistency across the board. The impact is driven by adjusting the small ‘g’ conventionally used to assess the growth to infinity. This is being tweaked to recognise, say, that good governance ultimately pays off.

The same procedure is now stemming from Sustainability metrics instead.

For the record, this has been made possible as AlphaValue has finalised its proprietary E scoring, now extended to 4 items (GHG, Waste, Water, Energy) on which a degree of data stability seems to emerge.