AlphaValue Corporate Services
Cette analyse a été commandée et financée par l’entreprise concernée et constitue donc un avantage non-monétaire mineur tel que défini par MIFID2

Chargeurs

CR
Bloomberg   CRI FP
Service aux entreprises  /  France  Web Site   |   Investors Relation
Bientôt davantage un acteur du luxe qu’un industriel
Objectif
Potentiel 38,6 %
Cours (€) 10,06
Capi (M€) 250
Perf. 1S: -2,90 %
Perf. 1M: -4,37 %
Perf. 3M: -4,19 %
Perf Ytd: -13,9 %
Perf. relative/stoxx600 10j: 0,09 %
Perf. relative/stoxx600 20j: -2,28 %
Strategic Plan19/12/2022 09:22

Bientôt davantage un acteur du luxe qu’un industriel ?

Loin d’être purement symbolique, la réorganisation des activités de Chargeurs autour de deux divisions opérationnelles stratégiques, en juillet 2022, marque une inflexion dans la stratégie du groupe, ce dernier cherchant désormais davantage à se développer dans le secteur du luxe au-delà de ses compétences suprêmes au sein de ses niches industrielles. Dans la perspective d’une importante acquisition à venir, la direction de Chargeurs crée une valeur d’option, chose d’autant plus positive, selon nous, compte tenu des bons résultats obtenus jusqu’ici. Chargeurs s’adapte rapidement avec une volonté affichée d’extraire de la valeur partout où cela est possible.


Actualité

  • Chargeurs a communiqué sa stratégie de renforcement du caractère premium de son offre.
  • Pour mémoire, Chargeurs a fait l’acquisition de la marque de luxe britannique Swaine en 2021.
  • En juillet 2022, Chargeurs a acquis 80% du capital de Skira, un éditeur renommé de livres d’art classique, moderne et de design.
  • En août 2022, Chargeurs a fait l’acquisition de la Cambridge Satchel Company, un groupe produisant des articles de cuir de luxe à des prix abordables.
  • En septembre 2022, Chargeurs Luxury Fibers a signé un partenariat de long terme, sur quatre ans renouvelables, pour la fourniture de laine responsable (Nativa) à Gucci.

Analyse

Un changement de cap en vue

Après plus de 7 ans à la tête du groupe, Michaël Fribourg a récemment annoncé une inflexion dans la stratégie de Chargeurs : à présent, le groupe souhaite devenir d’abord un acteur du luxe, plus qu’un industriel. Ce changement s’était d’ores et déjà traduit par la réorganisation des divisions du groupe autour de deux entités opérationnelles, technologie et luxe, en juillet 2022. Ces dernières années, le groupe ne s’est pas contenté de rebaptiser ses divisions, diversifiant également son portefeuille d’activités et faisant évoluer sa gamme de produits offerts. A titre d’exemple, concernant Chargeurs PCC (qui propose des composants techniques aux industries textiles), face à l’inéluctable tombée en désuétude du port du costume, l’évolution des macro-tendances s’est traduite par un accroissement de la demande pour l’athleisure, les marques numériques natives et le marché du luxe, permettant une redéfinition de l’offre de la division. Le même constat vaut pour Chargeurs Advanced Materials, passé des simples films de protection à des produits plus sophistiqués et à des solutions haut de gamme contribuant à la transition environnementale. La division est désormais spécialisée dans les solutions de surface à plus haute valeur ajoutée.

Une montée en puissance rapide du pôle Luxe

Le point le plus important à nos yeux réside dans la mise sur pied imminente d’une division Luxe de taille conséquente. Ces dernières années, le pôle Luxe a été un véritable chantier consistant à agréger un certain nombre d’offres non conventionnelles. Chargeurs Museum Solutions (CMS) en est l’un des meilleurs exemples. Initialement de très petite taille, ce segment devrait générer plus de 200m€ de chiffre d’affaires d’ici 2025. Grâce à ses nombreuses acquisitions, Chargeurs propose désormais une offre novatrice de guichet unique au sein d’un marché très fragmenté où opère un grand nombre de petits intervenants. Un autre exemple marquant a été le développement de Chargeurs Luxury Fibers qui, au travers de son label Nativa, a permis de surfer sur la tendance vers des normes ESG plus contraignantes. En septembre dernier, la division a signé un partenariat stratégique avec Gucci prévoyant la fourniture de sa laine responsable. Enfin, les acquisitions de Swaine (Royaume-Uni, cuir de luxe) en 2021 et de Cambridge Satchel Company en août 2022 sont d’autres éléments plus conventionnels témoignant du virage vers le luxe que souhaite opérer Chargeurs.

Quelle est la prochaine étape ?

Chargeurs a clairement fait savoir qu’il était sur le point d’effectuer un saut quantique vers le luxe ou une activité connexe. Selon nous, cette inflexion pourrait intervenir d’ici les prochaines années. Depuis 2015, si Chargeurs, sous la direction de Michaël Fribourg, a d’ores et déjà réalisé cinq acquisitions liées à son pôle technologie et dix autres liées à son pôle luxe, le groupe se montre désormais plus ambitieux en termes de taille de cible. Chargeurs a en effet en ligne de mire des acquisitions plus importantes susceptibles de le transformer en acteur du luxe. Son actionnaire principal, Columbus Holding, lui laissant le champ libre sur ce front, l’acquisition d’une cible réalisant plus de 150m€ de chiffre d’affaires, intégralement financée par la dette liée aux droits de tirage existants, pourrait, pratiquement du jour au lendemain, permettre de constituer un ANR clairement tourné vers le luxe. Comme chargeurs l’a indiqué un communiqué en juillet 2022, grâce une telle opération, les contributions attendues des deux pôles Technologies et Luxe au ROPA du Groupe pourraient être sensiblement équivalentes à l’horizon 2025. Selon nos calculs, cette acquisition ne devrait probablement pas modifier la répartition du chiffre d’affaires en tant qu’estimation des ventes supplémentaires dans le luxe. En résumé, Chargeurs fait savoir aux investisseurs qu’il est sur le point d’opérer un virage stratégique radical, et de délaisser son statut de société holding et de services aux entreprises pour devenir un acteur du secteur du luxe, avec un réservoir de talents suffisant en termes de management pour assurer une mutation plutôt rapide. Pourquoi pas.


.